Paroles de la chanson Pas de ralentir 3 par Mig

Paroles de la chanson Pas de ralentir 3 par Mig

Pas d’ralentir 3
J’ai dû faire un tri autour de moi pour mieux m’en sortir, gang (Gang)
MIG Moula (Gang)
Alchimyst
02 Géné, obligé (Pah, pah, pah), baw (Baw)
Gang (Obligé, ah)

Obligé d’couper la peur quand on veut manger du bénéf’
Y a personne qui chenef, baisse ta cagoule, monte sur un plan
C’est un gamos qui passe, vendent pas qu’un sablé pour le plan
Pour faire un pot, j’ai commencé à ramasser les pains

Avant d’parler en pain, j’ai dû ramasser les miettes
La p’tite, elle était niya, tellement j’ai sali son cœur, après avoir parlé avec moi, partout, elle donne son corps
J’dirais pas qu’c’est fort, t’as vu comment c’est gore ?
C’est l’troisième épisode, on va pas faire d’épilogue
Jamais personne m’a baffé pour me dépouiller ma sacoche (Jamais, jamais)
La vie, c’est dur, mais bon, y a pas l’choix, on s’accroche
Faut en finir avec la vie, comme dirait Dima du 18
Personne connaît la suite mais j’entends, tout l’monde en parle (Grr)
Ils ont pas un euro, mais ils sont tous les jours en bas

Ils sont pas déterminés, à part devant la caméra, laisse-les faire ce-vi, Gomorra, ce-vi la Camorra
Reroule un pét’, on redémarre, ça livrait en C2, mode pas rodave (Nan)
Dans toute la banlieue et toute la capitale
J’ai l’brassard du capitaine, quand j’dors en taule, même pas j’m’inquiète (Grr)
Fais une croix sur la ‘quette, t’auras deux-cinquante ‘ej (Grr, pah)
Que des numéro dix, y a que des beaux maillots
J’claque pas des sous pour ramasser des putes à Porte-Maillot (Jamais)
Jamais d’la vie tu m’verras couper l’alcool au Pago (Nan, nan)
Tous les jours, je cherche le magot, j’suis dans l’réel, j’lis pas d’manga (Grr)
J’porte mes couilles, j’fais pas pas d’Krav-Maga, si demain, ça crève, mon gars, j’suis obligé d’sortir les drrah (Obligé)

C’est normal, c’est la base, j’me rappelle, j’volais des affaires en dièse-31-dièse
On fait pas la guerre pour d’la merde, ni pour une meuf (Nan), ni pour une pêche (Nan, jamais)
Ça fait longtemps qu’j’me sens comme le p’tit Fresh
Y a une go qui donne le go, on va savoir où tu crèches
J’fais que d’accélérer, pas d’ralentir, j’ai mélangé pilon beuh, j’suis un caïman comme Fresh LaDouille
Habitué à la foule, j’suis plus timide, j’me mets à poil
Surveillant, casse pas pas ta tête, entre mes jambes, y a rien à voir (Nan)
J’ai d’jà passé toute mon adolescence au parloir, ma mère est trop fatiguée, pour ça qu’elle venait pas m’voir (Grr)

La vie, c’est la roulette russe, ça passe ou ça casse
Tout l’monde sait qu’on mélange pas l’cash et les pétasses, on voit ça comme un khedma, y a pas d’sous-métier
J’prends ma paie comme un salarié quand j’liquide sac de rettes-ba (Gang, gang, gang)
Chez nous, le client n’est pas roi, il prend sa conso’, il s’en va
Le guetteur doit rendre des comptes quand il prévient pas si ça vient (Ah)
Moi, je sais d’où je viens, j’pourrai pas l’oublier, même si j’suis trop quillé, on y va
Tu le sais, c’est plus l’époque du lycée, si tu l’fais pas, moi, j’le fais
Cache pas tes thunes, j’ai ta p’tite, y a des charos qui vont la faire
J’veux avoir tellement d’affaires et ne plus savoir quoi en faire

Vaut mieux vivre un enfer sur Terre pour être sûr d’être au Paradis mais on a pas choisi cette vie, c’est réel, c’est triste (Ah)
On veut faire plus d’argent et, pour ça, faut prendre des risques (Brr)
Si tu prends aucun risque, contente-toi du minimum (Paw)
On s’contente pas du minimum, pour faire T.P (Paw, paw), on sèche l’école (Paw)
Quand y a plus d’place au terrain, on va faire une semaine de vols (Direct)
On aime pas rester en chien, c’est l’train d’vie de moi et mes potes (Ah)
J’grandis, en écoute au Rondo, obligé d’y aller à fond
Les condés savent que j’suis pas l’genre de mec qui donnera des infos
Peut-être que j’vais marié une folle, on sait pas de quoi est fait demain (Nan)

Peut-être qu’à six heures du mat’, les condés seront en bas d’chez moi (Ah)
Peut-être qu’j’vais prendre une balle par un maladroit kalashé (Pah, pah)
Tu connais la réput’, tout l’monde sait qu’on a pas lâché (Gang)
J’connais pas l’panaché (Nan), j’connais que la B.S (Gang) sous enquête, plusieurs mois, j’dormirai chez la BR
Y a du sup’, retrouvé dans la bre-cham d’à côté, cinq cents grammes sous scellé mais j’ai rien à raconter (Brr)
Ça reprend, ça bicrave tous les jours, tu sais, si l’premier tartin s’fait péter, un deuxième vient remplacer (Gang)
Les temps changent (Brr), la roue tourne, les anciens enfants d’Coluche ont des Audemars au poignet (Gang)

Et, si c’est toi qui fout la merde, c’est pas moi qui vais nettoyer (Jamais, jamais)
Tu sais que j’côtoie tous les jours la délinquance (Toujours)
J’ai pas b’soin d’pesette si c’est pour faire des dix eu’ (Nan), au détail, ça va bientôt faire une décennie que je traîne dans la calle (Ouh, ouh)
Les longs couloirs, les parloirs, détenu comme visiteur
J’ai été des deux côtés, dans tous les cas, c’est pas beau
J’suis avec des mouilles et puis des nouilles, j’ai vu des kehlouches qui revendent la machichi pour acheter armes et cartouches (Ah)
Compte pas sur les gens, compte pas sur ton quartier
N’écoute pas les récits des grands qui font les anciens bards-lou (Ah)

J’ai le cœur qui saigne encore (Ah), c’est une hémorragie interne (Brr)
Y en a beaucoup qui vendent à perte (Brr), y en a beaucoup qui sont à terre (Brr)
Sur l’Avenue d’la Délinquance, dans les deux sens, c’est une impasse
Pète à gauche, Rue d’la Bicrave, à droite, Allée du Vol
Y a du bon shit à vendre (Gang) pour ceux qui veulent (Pour ceux qui veulent)
Ils font croire qu’ils ont l’bras long (Ah), en vrai, que ils avalent
Si t’as peur du ballon, laisse ta place au plus déter’ (Laisse)
Deux charos gantés dans l’salon, trouver l’roro, c’est c’qu’ils espèrent
Vrai de vrai comme les Deux Frères (Gang), Rachid et Khaled, Vrai de Vrai comme B.R.O
Ils sont fatigués, les autres, ça va pas payer les aff’, ils vont rien faire, j’les connais bien (Nan)
Mais pour faire crari, on va demander c’est combien
Pas d’ralentir 3, j’ai du faire un tri autour de moi pour mieux m’en sortir
Toujours en esprit, toujours sûr de moi
Gourmette à la cheville, pendant dix mois
Vas-y, dis-moi, pourquoi j’te ferais confiance ? T’es une personne comme une autre qui finira par s’en aller (Brr)
Pense-, pense pas au retour, t’as pas encore fini l’aller
J’effrite le jaune et le vert et j’pense aux frérots condamnés
Des peines salées à la barre, des familles qui pleurent
Ça rêve d’évasion comme Khider, gros, les idées sont noires
Yeux rouges, pas d’lunettes, ça fume la frappe de Cali’
9.1, y a d’la beuh, du shit, d’la zipette sur Telegram pas Insta’
Pesé au gramme près, quantité, qualité
Kongolais mauvais, bédo marocain donne de sales idées
Pas besoin d’être validé (Nan), personne m’a incité (Personne)
J’ai pris ma décision, j’ai pris l’sac, j’l’ai vidé (Gang)
Sur tous les terrains, j’suis l’buteur efficace
Deux joggings, cache-cou, bonnet, gants, j’ai jamais les dents qui claquent (Jamais, jamais, jamais)
J’m’habille en Helvetica, j’fume la beuh couleur Celtic
Hassan à la Santé, branché, j’l’appelle en FaceTime (Brr)
Brasko, ils l’ont mis au D1, on était arrivants ensemble
Le Cher bé-tom à Bois-d’Ar’, c’est pas haut, poto, laisse ça (Ah)
Vas-y, poto, laisse ça, y a l’charo sur un Vespa ou y a des mecs en caisse qui s’déplacent pour faire des adresses (Brr)
Capuché, tout en noir pour faire un vol avec agré’ (Paw, paw) pendant la chasse, montée d’adré’
Quand il pleut, faut s’mettre à l’abri (Paw, paw)
C’est pas les grands qui m’ont appris à faire l’argent dans la cité, j’revends partout sans hésiter, y a qu’les condés à éviter
M-, MIG Moula, 02, j’en suis sûr que tu connais (Brr)
J’suis un enculé capable de faire bosser une abonnée (Paw)
C’est toujours pas fini, faut mettre à l’abri les femmes, les enfants
C’est moi qui ouvre le feu (C’est moi), qui ferme la feuille avec un coup d’langue (Brr)
J’ai kiffé Rachel dans Comportement troublant
J’arrive sans prévenir, temps additionnel, j’claque un doublé
C’est noir comme être en taule et savoir qu’elle va pas t’attendre
Rolex au poignet, j’ai vingt ans, plein d’avantages et d’inconvénients
Si t’as raté ta vie, ça sert à rien d’venir nous conseiller, pour mon honneur, j’viens t’allumer sans pitié comme un kosovare
Y a des actes inconcevables (Y a des actes inconcevables)
Y a des paroles qu’on oublie pas (Y a des paroles qu’on oublie pas)
C’est les petits détails qui font un tout, dans mon sac-à-dos, j’ai des outils et j’ai plus d’un tour
Billets d’banque, j’suis en planque, j’recompte bleu, rouge et marron
Sur l’terrain, rien d’marrant, on a tous un but précis, c’est les bandits contre la police, mais pas comme dans les films
Athéna, c’est pas la vraie vie, faut pas s’fier à Netflix
J’en ai marre de voir la SPIP, j’crois qu’elle est fan de moi depuis qu’j’lui ai dit qu’j’ai fait la première partie à N.I
Y a des gens que j’calcule pas qui osent dire qu’on est ennemis, miskine, quelle triste vie
J’sors du bureau d’chez la JAP, deux délinquant, me décrit-elle
J’crois qu’j’ai pas les bons critères, tu vois c’que j’veux dire
Lève le troisième doigt en l’air et crie “Pas d’ralentir”
Tu sais pas quand ça s’arrête comme quand ça tire
J’viens d’dépasser six minutes, j’ai l’bracelet et j’rentre à dix-neuf heures, c’est comme un séminaire
Quand j’vais l’enlever, j’crois bien qu’le troisième projet sera fini
Et troisième épisode, pas d’ralentir, c’est pas d’la drill (Grr)
En audition, j’suis sourd et muet quand ça parle d’autrui (Gang)
Si j’parle, c’est pas en “il”, que en “je”
On va au charbon, nique sa mère si y a la neige ou la pluie
Tous les jours sur mes appuis mais j’ai déjà glissé deux fois (Ah)
Faut savoir gérer sa défonce, connaître ses limites, ouvre les yeux quand t’ouvres la route, faut pas avoir l’esprit ailleurs (Nan)
On arrive jamais pile à l’heure (Jamais), à part quand c’est la paye
On sait, on fait la guerre, c’est pas pour demander la paix (Nan)
Quand ça tire, c’est pour de vrai, c’est pas comme dans la Play’
Fusil à pompe, ça fait des trous (Grr), c’est pas pour faire une plaie (Pah, pah, pah)
La vie tient qu’à un fil (Gang), parfois qu’à un appel
Appel, contre-appel, v’-esqui la geôle et rendre à patte (Pah, pah)
Paquet d’riz, paquet d’pâtes, PQ rempli, bonne détention
La bonne équipe en promenade, que des mauvaises intentions (Toujours)
Ça t’nique ta mère en salle d’attente et, juste après, j’suis au prétoire (Gang)
J’pourrais pas courir après toi (Pah, pah), j’ai pas d’cardio, j’fume trop la frappe (Brr)
Abonné à la grad’, c’est ma phobie de rien avoir
Ils bavent, même quand y a un baveux, pour eux, faudra plus qu’un bavoir (Ah)
Ils s’comportent comme des femmes, ils partent dans les histoires où ils ont rien à voir
MIG Moula, j’ai pas changé, j’reviens plus fort qu’avant (Ah)

MIG Moula
Pas d’ralentir 3, j’ai dû faire un tri
Gang, han